A-B-C,  Critiques,  Kurokawa,  Maisons d'Edition,  Manga

Blue Flag

Une évolution 

sociale au cœur 

d’un groupe de 

lycéens

Blue Flag ou Ao no Flag est un Shônen écrit et dessiné par KAITO, paru au Japon en 2017 et terminé en 8 tomes. Édité par Kurokawa depuis Mars 2019, le tome 7 nous parvient à présent en Novembre 2020 et signe bientôt la fin de cette œuvre.

On y suit l’histoire de plusieurs élèves qui arrivent en terminale et qui se retrouvent au carrefour de leur vie, les doutes et les complexes les assaillants. Taichi est alors dans la même classe que Tôma, un ami d’enfance à qui tout réussit, et que Futaba, une fille qui l’agace mais qui vient se confier à lui. Commence alors l’histoire des tourments et des relations de la jeunesse de nos jours.

Pour commencer, Blue Flag est un manga qui nous propose un univers social très poussé, où on peut voir plusieurs thématiques modernes abordées comme l’acceptation de soi, l’acceptation de l’autre, l’amitié, l’amour, la jalousie et la découverte du genre aimé.

Chaque personnage souffre d’un problème intérieur ou d’un complexe qu’il doit surmonter. Il ne le montre pas forcément aux autres mais nous, lecteurs, avons des indices par les pensées des personnages qui se questionnent et qui ralentissent le rythme du manga, nous immergeant complètement dedans.

La vie est une succession de choix. Je crois…Qu’en terminale…On est tous un peu paumés…Notre orientation après le bac, les exams, l’avenir trop vaste qui nous attend…Et voilà que pendant cette période pleine d’effervescence….On se retrouve tous les trois dans la même classe. Est-ce de l’amitié…ou de l’amour? Pour le moment…Il m’est impossible de connaître le dénouement de notre histoire.

– Taichi.

On peut dire que le tome 1 sert à introduire les personnages, leurs relations, mais également à débuter des rapprochements qui mèneront à divers problèmes. On aurait pu croire à un tome d’introduction classique, mais on a déjà de grands avancements entre les personnages qu’on apprend à connaître, que ce soit la manière d’être de Taichi et de Futaba, que les lourds secrets de Tôma et Itachi. On a également déjà les premiers moments de doutes, les premières disputes, mais aussi cet instant où vous apprenez à connaître une personne, où tous vos préjugés sur celle-ci s’envolent avec Taichi qui découvre Futaba. Ce premier tome ne fait que grandir notre curiosité pour la suite de l’histoire, et la manière dont il s’arrête ne peut que nous pousser à acheter la suite puisque l’auteur a été capable de mettre en place un climax de fin de tome surprenant et qui donne envie de continuer la lecture.

Plus qu’un manga Slice of Life banal, Blue Flag est un manga qui travaille énormément sur les relations entre les personnages et qui se veut très intéressant à étudier. Les sentiments comme les moments de joie ou les tiraillements sont extrêmement détaillés ce qui rend l’œuvre passionnante à suivre. Pour cette critique j’ai relu le tome 1. A la base je comptais vraiment juste le feuilleter pour me le remémorer et au final je me suis retrouvée à le relire entièrement ce qui prouve à quel point l’auteur parvient à nous captiver et à quel point les relations décrites dedans sont palpitantes.

Je pense que tout l’intérêt du scénario de Blue Flag est de montrer l’évolution des relations entre de jeunes lycéens, leurs efforts pour surmonter leurs difficultés et pour se trouver, car l’adolescence est un des moments de vie où l’Homme a le plus de doutes en lui et se cherche. L’auteur réussit vraiment à mettre en place une progression à mesure des tomes sans perdre le lecteur, sans le lasser. Chaque personnage a le droit à son moment, à son avancement, et à la résolution souvent de son complexe ou de son problème. De plus, les relations ne stagnent pas pendant quinze chapitres. En effet, si on peut croire à une progression lente au départ, les relations sont en vérité en constante progression, que ce soit la relation entre Futaba et Taichi, celle de Tôma et Futaba, Futaba et Itachi, Itachi et Tôma ou encore le groupe entier réuni. On a vraiment un manga qui nous présente la manière dont les relations se lient et se délient, se renforcent et se brisent, au fil des événements perturbateurs et des discussions.

Pour continuer on peut dire que les décors sont simples, parfois un peu trop vide mais cela permet de se concentrer sur les personnages et je dirai que les points forts de ce manga se trouvent vraiment dans le dessin de ceux-ci, les traits qui les caractérisent, ainsi que les petits moments chibi qui permettent de se détendre mais aussi d’observer et de se poser. Les chara designs sont originaux je trouve et personnellement j’aime beaucoup ce style. Ce qui me plaît encore plus dans les traits de l’auteur et qui fait que j’adule presque cette œuvre, c’est la manière dont il nous montre les expressions des personnages. Si vous continuez le manga au-delà du tome 1, vous verrez vraiment des planches magnifiques où l’expression du personnage est tellement détaillé que vous serez immergé dans l’histoire. De surcroît, je pense que l’auteur est vraiment doué pour temporiser les moments clés. Ceux-ci sont rallongés par de petits strips des personnages, où on voit leurs émotions changer petit à petit et on est suspendu aux cases et aux émotions qu’elles transmettent. Je trouve vraiment incroyablement fascinante la manière qu’a l’auteur de prendre le temps de bien représenter les émotions des personnages, au point qu’on soit totalement immergé dans l’atmosphère qui s’en dégage. KAITO réussit vraiment à nous captiver rien qu’avec les dessins et je trouve que ça ne va qu’en s’améliorant.

Enfin, parlons un peu plus des personnages en détail. Je dirais qu’ils sont tous intéressants que ce soit seuls ou en groupe.

Taichi est un gars complexé par sa taille, qui manque de confiance en lui, qui agit par moments de manière impulsive et idiote. On aurait pu le détester pour ça et pourtant c’est aussi un garçon qui se remet sans cesse en question, qui se rabaisse, qui est perdu. On pourrait le mettre en parallèle avec Futaba et lui-même se met en parallèle avec elle d’ailleurs. Ils sont tous les deux petits, fragiles et tous les deux ont peu de confiance en eux.

Pourtant ils ont également beaucoup de choses qui les opposent comme par exemple leur physique, puisque Taichi a les cheveux sombres et ébouriffés alors que Futaba à les cheveux clairs et bien coiffés. Ou encore leur caractère, puisque Taichi a plus tendance à se lyncher intérieurement et que Futaba elle, montre ses émotions et sa détermination à changer.

Futaba contrairement à Taichi est une jeune fille motivée, déterminée à changer, qui essaie de ne pas se laisser abattre et de progresser. On peut dire d’emblée que sa rencontre avec Taichi va la pousser vers le haut et qu’elle va tirer Taichi à elle dans son ascension. C’est un personnage au grand cœur qui veut aider, qui est mignonne comme tout, drôle par sa maladresse, et qui permettra probablement de remettre de l’ordre dans l’esprit tourmenté de Taichi.

Si on veut encore parler de parallèle et d’opposition on peut parler aussi de Tôma et de Itachi. Tous les deux se ressemblent également mais sont aussi complètement opposés. D’un côté on a Tôma qui est joyeux, doué en sport, gentil, aimé de tous, tout semble lui réussir. De l’autre on a Itachi qui est plus ferme, qui garde un air neutre voire même sombre, qui semble difficile à approcher. Mais tous les deux peuvent être mis en parallèle par le fait qu’ils ont un lourd secret similaire, mais aussi parce qu’ils sont surprotecteurs envers les personnes qu’ils aiment, et qu’ils n’hésitent pas à les venger s’ils sont blessés. Leur physique est également semblable et différent à la fois puisque Tôma et Itachi sont très grands, mais Itachi est une fille aux cheveux sombres tandis que Tôma est un garçon aux cheveux clairs.

En conclusion, Blue Flag est une œuvre incroyable qui sait nous captiver par son relationnel et sa psychologie sociale poussée. Si vous aimez les mangas où on peut réfléchir sur le caractère du personnage et où les expressions dessinées en disent long sur les sentiments de ceux-ci, ce manga est fait pour vous. Même si vous n’êtes pas fan de romance, ce titre peut vous convenir ne serait-ce que pour le relationnel très poussé et très intéressant à suivre. D’autant qu’il est catégorisé Shônen et bien loin des Shojo à fleurs tout mignons. Laissez-vous tenter par Blue Flag qui traite des thématiques modernes et importantes, surtout qu’il ne fera que 8 tomes et est bientôt terminé chez nous.

L.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *