A-B-C,  Critiques,  Maisons d'Edition,  Mana-Books,  Manga

Angels of Death

Folie folie… 

dis moi où

je suis…

 

Angels of Death est un Seinen écrit par Makoto Sanada et dessiné par Kudan Naduka. Au Japon le manga est terminé en 12 volumes depuis le mois d’Octobre 2020. En France, le premier tome est édité le 6 Mai 2021 aux éditions Mana Books.

 

Étage B6

Cette œuvre possède une variété multimédia très importante, en effet, Angels of Death ou bien Satsuriku no Tenshi dans sa langue d’origine, est initialement un jeu vidéo indépendant d’horreur qui est par ailleurs disponible sur Steam pour les intéressés ! Bien que fait en indépendant, le jeu a eu un franc succès et s’est rapidement développé en Light Novel et en Manga. Mais ce n’est pas tout ! En Juillet 2018, c’est l’adaptation anime qui voit le jour, licencié chez nous par Crunchyroll.

L’univers s’étoffe d’autant plus avec une suite sortie en manga au Japon qui relate des faits se passant avant la série principale ! En bref, si vous accrochez à cet univers, vous avez de quoi faire ! Seul le Light Novel et cette “suite” ne sont pas encore disponible en France.

Rachel Gardner est une jeune fille de 13 ans qui se réveille un jour dans un sous-sol d’immeuble sans savoir pourquoi. Il ne lui reste que très peu de souvenirs et, de ce fait, elle est désorientée. Elle n’est toutefois pas au bout de ses surprises ni de ses peines lorsqu’elle se retrouve nez à nez avec un homme fou portant une faux et voulant la tuer. Après avoir épuisé son instinct de survie, elle finit par céder au désespoir et par accepter sa mort. Cela ne convient pas à Zack, son bourreau qui n’apprécie nullement l’expression morne sur son visage. Il lui propose alors un marché, celui de l’aider à s’échapper d’ici afin qu’il l’a tue une fois sorti.

Étage B5

C’est à ce moment que commence véritablement l’aventure d’un duo très particulier mais plein de charme.

Le manga possède une ambiance singulière qui est non sans rappeler le jeu vidéo, sa plateforme d’origine, et c’est vraiment plaisant d’être plongé de la même manière que si l’on jouait. Par ailleurs l’adaptation anime réalisait également très bien ce point.

On comprend assez vite que pour sortir elle va devoir gravir des étages, ces derniers sont le terrain de jeu de personnes qui sont en droit de faire un peu ce qu’elles souhaitent du moment qu’elles suivent certaines règles. Nous sommes donc sur une sorte de survival game mais attention, on est loin de ce qu’on a l’habitude de voir pour ce type d’œuvre. Ce qui va être le plus central dans ce titre, ce sont les mystères qui l’habitent et sa profondeur au niveau des personnages. Tous les personnages ont un but personnel ici, il ne s’agit pas simplement de survivre, bien au contraire je dirais même, mais d’arriver à la fin de la quête de soi. Ces personnes sont meurtries par un manque qu’elles cherchent à combler, cela rend l’approche plus unique et intrigante pour un survival game.

 

“Tu avais l’air si heureuse… Mais voilà que la joie a laissé place à la détresse !”

– Zack.

 

Le côté thriller est un atout indéniable, et donne une ambiance pesante absolument délicieuse. Le premier tome pose certaines bases qui vont se complexifier avec le temps mais dès le départ on ressent cette atmosphère oppressante où règne la folie. Rachel elle-même n’y fait pas exception. Personne ici ne semble sain d’esprit mais cela donne d’autant plus de raisons pour rester captivé par l’histoire.

Je ne vais pas me pencher plus que ça sur les personnages car actuellement nous ne savons que très peu de choses sur eux, si ce n’est leur nom et vaguement leur but, beaucoup de mystères planent et seules des questions subsistent pour le moment…

 

Étage B4

Pour ce qui est des dessins, nous avons un chara-design assez particulier je dois vous l’avouer, généralement assez simple, il permet par contre de monter la folie d’un cran lors de certaines scènes. Le rendu lorsque le danger est imminent est attrayant et provoque une brisure entre les instants de “calme” et l’action.

Pour les décors on est sur un environnement clos avec donc le minimum, on nous montre ce qu’il est important de voir, les détails servant uniquement à faire joli sont exclus. Ce côté vide est cependant cohérent avec le monde, il est donc le bienvenu.

 

 

Étage B3

J’avais regardé l’adaptation anime à sa sortie et pour tout vous avouer c’était une très belle surprise ! Je n’avais jamais joué au jeu ni rien d’autre, mais mon avis reste le même après avoir lu ce premier tome, l’adaptation était vraiment réussie !

C’est donc avec tout plein d’optimisme que j’ai commencé ce manga, et si le chara-design m’a un peu perturbé au début, je suis très vite passé outre avec l’arrivée de Zack, ce tueur en série, même la voix de son seiyuu m’est immédiatement revenue. (Il s’agit de Okamoto Nobuhiko, le Seiyuu de Bakugo dans My Hero Academia pour vous donner un exemple)

Le manga parvient clairement à nous plonger dans l’ambiance sombre de ce mystérieux bâtiment. J’ai été happé de façon similaire à quand je lisais Bâtard ou bien Killing Stalking (bien qu’on soit sur des histoires bien différentes). Cette tension quasi permanente est étrangement agréable ! Même sans être masochiste, on en redemande ! Qui plus est tous ces mystères nous tiennent facilement en haleine, d’autant que cela va continuer à s’épaissir.

Aux fans du survival game, pourquoi pas, vous en ressentirez tout de même l’âme bien qu’elle soit amenée différemment. Aux fans de thriller ? Bien évidemment vous y trouverez votre compte ! Aux fans de mangas plus sanglants, atypiques et dérangés, vous aurez de quoi apprécier cette œuvre également, mais surtout, allez plus loin que le premier tome car vous n’êtes pas au bout de vos surprises…

H.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *