A-B-C,  Critiques,  Ki-oon,  Maisons d'Edition,  Manga

Alpi the Soul Sender

Que leur âme 

retourne auprès

du Dieu Soleil

 

Alpi the Soul Sender est un Seinen de Rona, publié au Japon depuis 2018 où il comporte déjà 5 tomes. Le tome 4 nous parvient en France aux éditions Ki-Oon en Avril 2021.


Dans un monde pieux où les esprits divins apportent des bienfaits aux villes et villages, Alpi, jeune Soul Sender, voyage sur les pas de ses parents afin de découvrir pourquoi elle ne reçoit plus de lettres de leur part, mais également d’effectuer son apprentissage de Soul Sender. Ainsi, elle va de villes en villages, accomplissant les rites qui permettent de lever la malédiction sur les esprits divins décédés et de leur offrir le repos au détriment de sa propre santé.

Pour commencer, on peut dire que Alpi the Soul Sender est un manga plutôt épisodique. En effet, comme souvent dans les mangas où le personnage voyage, quasiment chaque chapitre nous emmène dans un lieu différent, avec une nouvelle histoire, nous faisant découvrir un peu plus l’univers dans lequel le personnage principal évolue, mais également la personnalité de celui-ci. Ce côté épisodique n’est pas sans nous rappeler Majo no Tabitabi et Kino no Tabi où les personnages voyagent également de villes en villes.

Comme toujours quand il s’agit d’un manga épisodique, j’ai néanmoins peur que le titre ne devienne redondant si l’histoire dure trop longtemps et s’il n’y a pas un véritable gros scénario qui s’en dégage. Pour le moment on est encore dans la découverte et la contemplation de l’univers dans lequel évolue Alpi donc on n’en décroche pas, mais mis à part le fait qu’on sait qu’elle fait son apprentissage et qu’elle suit les traces de ses parents, il n’y a pas l’air d’y avoir un scénario plus approfondi qui en ressortirait. J’espère donc que l’auteur sera capable de suffisamment se renouveler pour ne pas lasser le lecteur, ou alors qu’il développera une intrigue prenante au fil des tomes afin de pallier au risque d’une œuvre épisodique redondante. On pourrait cependant dire que ce côté épisodique permet une lecture facilitée du titre, puisqu’on n’est pas perdu dans le scénario entre deux chapitres, ceux-ci présentant un lieu totalement différent avec, par conséquent, une histoire toute autre.

Mis à part le point épisodique qui m’inquiète encore un peu, il y a d’autres facettes d’Alpi the Soul Sender qui m’ont plutôt plu, comme le côté assez fantastique avec tous les esprit et les Soul Senders qui me fait penser à The Ancient Magus Bride (surtout avec Alpi qui s’évanouit tout le temps comme Chise) , ou encore le côté voyage sur les pas de quelqu’un qui me rappelle énormément Marry Grave où le personnage suivait les pas de sa femme. Ici, Alpi suit les pas de ses parents. L’auteur est parvenu à mêler des thèmes qui vont bien ensemble et qui font que la lecture est aussi légère.

Le côté voyage et aventure féérique nous transporte et fait que l’on accroche autant au tome quand on le lit. On a vraiment l’impression de faire le voyage avec Alpi et on est émerveillé de tout ce qu’on voit, on en devient aussi jeune et enfantin qu’elle et c’est rafraîchissant. À chaque chapitre, à chaque découverte de paysages, de villes, d’histoires, on a l’impression de prendre une bouffée d’air frais et c’est vraiment revigorant et reposant.

On appelle “Esprits Divins”…Les créatures que dieu a envoyées sur terre pour offrir ses bienfaits. Sur leur passage, la végétation fleurit et le sol s’enrichit…Leur générosité bénéficie à tous! Seulement, lorsqu’un esprit meurt….son âme reste prisonnière de son corps. Sa souffrance est telle qu’il empoisonne la nature alentour qui se met à dépérir…

 – Narration

On a tout de même une part beaucoup plus sombre et qui nuance énormément avec le côté contemplatif des lieux et celui enfantin d’Alpi. Effectivement, les malédictions que doivent supporter les Soul Senders et surtout le fait de voir ce qu’une enfant Soul Sender doit endurer assombrit l’œuvre et la rend par moment plus inquiétante. Ce n’est pas sans nous rappeler la malédiction des abysses de Made in Abyss et le traitement des enfants qui était plutôt glauque et détonnait énormément du côté contemplatif et enfantin.  Je trouve qu’il y a donc un énorme parallèle à faire entre ses deux œuvres sur ce point.

Ce côté plus sombre de l’histoire apporte une pointe de piquant qui nous plonge dedans. On découvre alors l’énorme poids qui pèse constamment sur les épaules des Souls Senders. S’ils ne font pas leur travail, des villages entiers périront et en même temps, s’ils arrivent trop tard on le leur reproche. Ceux qui perdent la foi en eux leur crachent littéralement dessus et c’est assez dur à voir étant donné qu’on sait la souffrance qu’ils doivent supporter lors des rites.

Cette part plus sombre est également nourrie par les gens imbus de leur personne qui perdent foi et prennent les Souls Senders et les esprits divins pour des esclaves condamnés à travailler pour leur bien être personnel. Cela nous laisse parfois un goût amer même si pour le moment chaque chapitre semble bien se terminer. On se dit cependant que ce monde est bien loin d’être aussi beau et parfait qu’on ne le croit, et le côté féérique disparaît bien vite lorsque ce type de personne apparaît.

Finalement, l’histoire garde tout de même un côté plutôt léger grâce au personnage d’Alpi qui nous offre parfois des scènes amusantes malgré la gravité de la situation. Parlons d’ailleurs un peu plus en détails des personnages. Pour le moment, le côté épisodique nous offre une ribambelle de personnages tertiaires et qu’on oubliera probablement bien vite. Les deux seuls récurrents sont Alpi et Pelenai.

Alpi est une jeune fille qui voyage sur les traces de ses parents et qui possède la même résistance au poison qu’eux, faisant d’elle une Soul Sender. Elle est dynamique et déterminée, parfois drôle et maladroite. C’est un personnage qui ne se laisse pas abattre et qui veut le bien autour d’elle. Le rôle de Soul Sender semble véritablement fait pour elle, d’autant que ses parents étaient aussi des Souls Senders, on peut donc dire qu’elle a ce métier dans les veines. Elle est apparemment encore une apprentie Soul Sender et je me demande donc bien si on va la voir devenir une vraie Soul Sender par la suite et dans quelles conditions.

Pelenai lui, semble être un peu le majordome ou l’assistant d’Alpi qui prend soin d’elle et la sauve de situations parfois un peu ridicules mais qui détendent l’atmosphère. Il y a quand même encore une grosse part de mystère qui entoure ce personnage qu’on ne connaît que très peu. Qui est-il? La famille d’Alpi est-elle riche ou tous les Soul Senders ont-ils un majordome?

Avec ce premier tome les personnages sont encore assez flous et difficiles à cerner, j’espère que par la suite on en apprendra plus sur leur cas et qu’on aura le droit à d’autres personnages récurrents.

Enfin, parlons un peu des dessins, du tome et de la disposition des planches. La couverture du tome, un peu granuleuse, va plutôt bien avec le type d’œuvre fantastique et est plutôt agréable en main. Les dialogues dans les planches ne sont pas imposants et permettent de laisser beaucoup de place à la contemplation, ce qui allège aussi le titre et nous permet de le lire rapidement et sans difficultés. Pour ce qui est des chara-designs, ils sont plutôt agréables à l’œil et les vêtements sont assez détaillés. Alpi possède pas mal d’expressions différentes qui transmettent bien ses émotions. Les décors sont magnifiques et très contemplatifs par moment. Il nous arrive parfois d’être happé par la grandeur et la beauté des esprits divins. Un sans faute pour les dessins que je trouve très beaux et très soignés.

En conclusion, Alpi the Soul Sender est une œuvre fantastique qui vous fera voyager dans un monde tantôt beau et féérique, tantôt sombre et cruel. Le personnage d’Alpi, touchant et adorable vous transportera et ce titre vous rappellera de nombreuses autres œuvres de par ses thèmes variés. Le côté épisodique est encore un peu inquiétant et on espère le développement plus approfondi d’un scénario. Néanmoins, si l’auteur sait se renouveler, on ne devrait pas s’ennuyer. On garde une impression de bouffée d’air frais après la lecture de ce titre malgré les moments sombres. C’est un manga qui saura ravir tous les fans de fantastique et de contemplation.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *