A-B-C,  Akata,  Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga

A Sign of Affection

Ce qu’on

recherche est

souvent plus

près que ce

qu’on ne le

pense

A Sign of Affection est un Shojo de Morishita Suu, publié au Japon depuis 2019 où il comporte déjà 4 tomes. Le premier tome, sorti d’abord en numérique, nous parvient enfin au format papier chez Akata en Mai 2021.

 

Yuki est une étudiante à l’université qui, comme toutes les jeunes filles de son âge, s’intéresse à l’amour, aux réseaux sociaux, veut se faire plein d’amis. Elle a cependant une petite particularité, elle est malentendante. Mais ce n’est pas ce qui va bouleverser sa vie, c’est plutôt sa rencontre dans le train avec un jeune homme qui parcourt déjà le monde. Ce dernier connaît beaucoup de langues, bien qu’il ne sache pas le langage des signes, et manifeste alors pour elle un intérêt particulier. Yuki doit alors faire face à un camarade d’université entreprenant et très communicatif qui ne la laisse pas de marbre.

 

Tout d’abord, ce genre de handicap commence à être plutôt courant dans les mangas et on pourrait donc simplement le comparer à Silent Voice ou Comme les autres, à la différence ici que l’handicap n’est pas pointé du doigt, Yuki semble bien s’en sortir et être très bien entourée de manière qu’elle ne paraît pas trop souffrir des remarques des autres. L’auteur n’a clairement pas pour but de dénoncer la maltraitance et la méconnaissance de l’handicap puisqu’on ne voit ni brimades, ni peines à ce propos, on voit juste de la curiosité. On est donc dans un récit plus adulte qui n’a aucun intérêt à montrer du dramatique et de la souffrance et dieu sait qu’on ne voudrait pas faire souffrir notre petite Yuki.

Dans ce cas, pourquoi avoir présenté ce handicap me direz-vous? Je dirais plus que cela permet de contraster entre un personnage très communicatif qui connaît beaucoup de langues et un autre personnage plus renfermé et malentendant qui ne peut pas trop communiquer comme il veut. Et ce mélange des deux est plutôt bien réussi. Et puis ça montre un côté un peu plus joyeux et mignon dans le handicap, chose qui est rarement le cas et ça fait du bien.

Effectivement, ce titre sera tout sauf triste. Yuki est très bien entourée, que ce soit de sa famille, de Rin ou encore de son ami d’enfance, et même Itsuomi ne semble lui vouloir aucun mal. Jusqu’à maintenant on ne voit aucune remarque négative sur le fait qu’elle soit malentendante et cela permet vraiment de se concentrer sur les relations et sur les moments mignons que ce personnage nous offre. 

On y ressent alors une atmosphère globale plutôt douce et chaleureuse qui donne vraiment envie de lire la suite, notamment pour observer le développement amoureux prévisible mais qui nous offre déjà des scènes qui nous font craquer. 

En effet, durant ce premier tome, le côté tactile et communicatif de Itsuomi, ainsi que celui plus timide et rougissant de Yuki nous offrent des scènes de couple plutôt prenantes et mignonnes et on aimerait en voir encore plus. Leur relation semble évoluer positivement et elle nous proposera certainement bien des moments captivants par la suite.

Pour ce qui est du scénario en général, on ne va pas se le cacher, mis à part le côté malentendant, il n’est pas non plus très original, puisqu’on a presque l’impression de voir une relation amoureuse classique se développer avec des personnages tiers potentiels pour un triangle voire un carré amoureux, sauf que pour une fois ça se déroule à l’université, et donc dans un cadre censé être plus mature que si cela se déroulait au lycée. L’auteur semble cependant vraiment se concentrer sur le côté relationnel de ses personnages, un peu à la Blue Flag, et j’espère voir un peu plus de développement profond au niveau des sentiments qu’ils ressentent, que ce soit l’amour, la joie, la peine. J’espère sincèrement un peu plus de rebondissements afin d’observer d’autres facettes de nos personnages que je trouve pour l’instant tous plutôt positifs.

 

Parlons d’ailleurs un peu de nos personnages. Pour le moment on en entrevoit quelques-uns qui pourraient devenir plus importants pour la suite, mais ceux qui attirent le plus mon attention restent Rin, Yuki, Itsuomi et Oushi.

Rin est l’amie de Yuki. Elle est pétillante, joyeuse, jolie, amoureuse, généreuse. Elle n’hésite pas à aider Yuki et ne la prend pas en pitié pour autant. On voit que son amitié pour elle reste sincère et qu’elle serait prête à la protéger. Elle est un peu le soleil de l’histoire puisqu’elle rend l’ambiance tout de suite plus détendue autour de son amie.

Oushi est l’ami d’enfance de Yuki. On en sait encore peu sur lui, mis à part qu’il la surprotège, probablement par rapport à un passé plus sombre avec la bêtise des enfants. Il connaît le langage des signes et paraît s’intéresser et s’inquiéter plus que de raison pour notre protagoniste, si vous voyez ce que je veux dire, au point qu’il peut paraître parfois plutôt dur dans ses propos lorsqu’un garçon tourne autour de Yuki, ou que Rin fait un geste qui pourrait la surprendre.

Yuki, elle, est le personnage véritablement mignon et adorable, qui ne montre pourtant pas vraiment de faiblesses. Je pense que son handicap l’a rendu à la fois plus forte qu’il n’y paraît, mais aussi moins sûr d’elle au point que, mis à part pour Itsuomi, elle ne semble pas tenter de choses qui la sorte de ses habitudes. J’ai hâte de la voir un peu plus développée et notamment d’en apprendre plus sur son passé avec son ami d’enfance, j’espère vraiment que l’auteur se penchera dessus à un moment.

 

Depuis ce moment, tant de fois…j’ai pensé à Itsuomi. Un sentiment cotonneux…D’un blanc immaculé…s’accumule quelque part dans mon cœur.

– Yuki

 

Enfin Itsuomi est le personnage vagabond du titre, toujours en voyage, laissant un certain mystère planer au-dessus de tout ça. Ce n’est pas un personnage qui sourit beaucoup et on se demande bien pourquoi. Il paraît cependant gentil et très curieux avec Yuki, semblant avoir une forte envie d’apprendre des cultures, des langues, et des manières de communiquer. C’est aussi un personnage extrêmement direct dans ses gestes, ce qui nous promet certainement d’excellentes scènes à venir entre lui et la timide Yuki.

Enfin, pour ce qui est des dessins, les personnages sont plutôt beaux et variés et les expressions sont à la fois mignonnes et très présentes notamment sur le visage de Yuki, ce qui amplifie son côté malentendant. Je suis plutôt surprise de la manière dont l’auteur a de rendre le visage de Itsuomi plus expressif et détaillé par moment, malgré son air toujours un peu neutre.

Pour ce qui est des décors, je les trouve parfois très vides, même si les moments importants sont plutôt bien mis en avant. La disposition des planches, quant à elle, est plutôt nette et facile à lire. J’apprécie tout de même le jeu de lumière que crée l’auteur par moment qui rend les côtés vides plus lumineux.

 

En conclusion, A Sign of Affection est une très bonne Romance sur un handicap vu de manière un peu plus positive que d’habitude. Le scénario est certes plutôt basique sur le fond, l’auteur arrive à nous proposer déjà des scènes intéressantes qui nous donnent envie de lire la suite et les personnages variés et tous appréciables pour le moment ne font qu’amplifier cette envie. De plus, on est dans une œuvre sociale plus mature puisque celle-ci se déroule à l’université, ce qui n’est pas non plus très courant pour un Shojo. Si vous cherchez une histoire mignonne, mais en même temps plus jeune adulte, sur un handicap, sans pour autant vous faire pleurer toutes les larmes de votre corps, je pense que ce titre saura vous ravir!

L.

3 commentaires

  • Nico

    Coucou ^^ Très jolie chronique !

    A sign of affection est certainement l’un de mes tous derniers coups de cœur (je l’ai lu l’année dernière en prenant le premier tome en version US). C’est tellement mignon et doux !

    J’aime beaucoup l’écart entre les deux personnages. Ils sont un peu aux antipodes l’un de l’autre, mais de façon tout à fait positive. On a fort à parier que chacun pourra s’enrichir au contact de l’autre. ^^

    • lepasseurlunaire

      Coucou merci de ton commentaire ! 🙂

      Je suis tout à fait d’accord sur le fait que tous deux vont probablement beaucoup apprendre l’un de l’autre. Je pense également que Yuki sera un peu comme un point d’ancrage pour Itsuomi qui lui donnera envie de rester plus longtemps au Japon pour apprendre cette langue qu’il ne maîtrise pas.

      Et d’un autre côté Yuki devrait être capable de s’imposer et à oser un peu plus au fur et à mesure grâce à Itsuomi ! ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *