A-B-C,  Critiques,  Komikku,  Maisons d'Edition,  Manga

A Safe New World

Bâton qui brûle,

n’amasse pas

mana !

 

Bien le bonjour à tous, aujourd’hui on s’attaque à A Safe New World, un Shonen écrit par Antai, dessiné par Sasamine Ko et dont les chara-design sont de Hitaki Yu. Il vient tout juste d’être édité par Komikku en France ce 29 Octobre 2020 !

A Safe New World n’est pas tout à fait comme les autres Isekai et c’est pour cette raison que je vous en parle. Si le héros béni des dieux et des déesses arrivant pour affronter tous les dangers et renverser le mal était un grand classique et était décuplé sous toutes ses formes, ici, on prend le contre courant ! En effet, pas de pouvoirs particuliers, pas non plus de désirs utopiques, nous avons juste un gars qui se retrouve là par hasard, qui n’a rien reçu, comme s’il était là par erreur, et qui préfère être simplement… tranquille.

 

Côté personnage, on est plutôt bien servi. En effet, rien que notre protagoniste est singulier et ça, dans le bon sens du terme. Il est très mystérieux, nous ne connaissons pour le moment pas son nom qui est constamment caché de bien des manières, ni même son âge dont on peut seulement faire une approximation. C’est un personnage très nuancé, autant il peut être idiot sur les bords, autant il peut s’avérer intelligent, voire vicieux. Il n’a pas de pouvoirs, pas d’armes cheatées pour l’accompagner, même son bâton qui l’avait fièrement accompagné fini brûlé ! Alors il va compenser tout ça par son cerveau qui est vif mais également doté d’une nature curieuse. Ses connaissances sont très importantes pour lui. Parfois son côté vicieux tournerait presque au malice, en effet il a un peu ce caractère “mi-gentil mi-mechant” à la Shiroe de Log Horizon. Il va donc tenter d’en apprendre plus sur ce nouveau monde qui s’offre à lui et de l’utiliser selon ses besoins le tout, bien entendu, sans oublier son objectif principal et indétrônable : vivre paisiblement !

 

Après que son bâton l’a tristement quitté et a rejoint le tas de cendres de ses compères, Illias Ratzel pris sa place. C’est une chevalière qui, sous son visage innocent et quelque peu mignon, cache une force incroyable: C’est un véritable gorille, n’est-ce pas Oze Maki ! (cf. Fire Force)

Au delà de ça, c’est une femme sérieuse et appliquée, qui possède ses propres principes et tient à les respecter. Cela peut parfois se retourner contre elle comme on peut le voir lors de deux  “réunions” dans le premier tome . Elle a aussi l’air de s’intéresser au monde d’où provient notre M.C, effort appréciable, en espérant que cela soit plus creusé dans les prochains tomes ! Il n’empêche qu’à sa façon, elle a du charme..

 

Tout ceci serait un peu trop simplet sans la sœur de l’église, qui possède certains attraits plus “mature” et, là où Illias paraît un peu fleur bleue, la sœur elle, est plus assurée. Elle semble avoir beaucoup de connaissances tout en étant forte aussi bien physiquement que mentalement. Son caractère à l’extérieur est plutôt jovial, notamment avec notre anti-héro avec lequel elle se montrera plus attachante. Cependant à l’intérieur elle est plus sur ses gardes et n’accorde pas de confiance aveugle, mais son instinct très développé lui permet de ne pas se faire embobiner. Même si elle peut savoir si son interlocuteur lui ment ou non elle ne peut s’empêcher de rester à l’affût. Ça la rend intrigante, plaisante.  Elle contraste avec la chevalière et cela donne une symbiose vraiment cool.

 

Quitte à vivre, je préfère passer entre les gouttes des emmerdes ! L’anti-héro

 

Nous avons le droit à une histoire qui d’un côté est mature, sérieuse, et de l’autre qui possède quelque chose de plus humoristique, de laisser aller. Et ce mélange des deux est tout simplement somptueux. Vous allez voir des situations grotesques apparaître sans que vous ne vous y attendiez. C’est super bien géré et ça permet de fluidifier la lecture sans nous lasser. L’intrigue pour l’instant est assez simple mais elle a l’air de cacher quelque chose de bien plus important qui devrait bien se développer dans les prochains tomes. Pour l’instant nous avons un personnage en quête d’une vie paisible qui va aider ses nouveaux camarades dans leurs devoirs en apportant tout ce qu’il peut apporter dans son état, c’est à dire avec ses cou***** et son couteau. Ah et accessoirement son cerveau. Un événement vers la fin du premier tome va par contre changer la donne et accorder sans doute un véritable intérêt au monde d’origine du garçon.

 

Pour les dessins, je suis un peu mitigé. Si par moment nous avons le droit à des planches vraiment jolies, notamment lors de l’arrivée au château, ou lors d’un affrontement avec Illias, le reste du temps, les illustrations sont moins travaillées. C’est tout de même rattrapé par les personnages qui nous offrent des situations bien comiques. En fin de compte, j’en aurai aimé plus, mais les quelques planches vraiment travaillées sauvent quand même le tout.

 

 

Outre le fait que les noms dans ce manga soient quelque chose de très complexe, je le trouve plutôt bon. Avant de le lire je m’étais dis “encore un Isekai”, mais bon ça venait de chez Komikku alors je me suis laissé tenter. Eh bien ça a été une agréable surprise. Les personnages sont bien travaillés, ils sont attachants, on a vraiment envie de les connaître plus en profondeur. L’histoire pour l’instant n’est qu’au début mais on nous montre de l’intérêt envers la Terre et ça c’est cool puisque souvent les Isekai n’en parlent quasiment pas. Là, notre planète d’origine à l’air d’avoir un véritable rôle à jouer et j’espère que ça va continuer dans cette lancée ! J’ai un peu critiqué les dessins mais globalement ça va pas vraiment vous déranger et vous allez pouvoir vous taper des bonnes barres de rire quand il faut, tout comme vous aurez le droit aux moments plus cute grâce à ce coup de crayon simple mais efficace.

Alors oui c’est un énième Isekai mais dans le fond c’est plus que ça alors allez-y ! Foncez !

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *